Livraison gratuite e-boutique sur Paris ou à partir de 6 bouteilles 📦

Vin nature, vin vivant !


Vin nature, vin bio, vin biodynamique...Vous vous penchez sur ces nouvelles pratiques de plus en plus répandues dans le monde viticole, mais vous êtes un peu perdu·e... Bonne nouvelle, plus pour très longtemps ! Il y a quelques semaines, nous parlions des vins biodynamiques. Concentrons-nous aujourd’hui sur le vin nature, qui a le vent en poupe ces derniers temps. 
Vous êtes de plus en plus nombreux à être conquis par son côté sain, authentique et respectueux de l’environnement. On parle de vin nature, naturel, libre, vivant, authentique, vrai, pur... Autant de noms qui mettent en évidence un flou autour de cet univers mais aussi que le concept va au-delà de la pratique. C’est un état d’esprit, un mouvement, une philosophie…
 
Les détracteurs du vin nature mettent beaucoup en avant le fait qu’il n’y ait pas de normes établies et partagées dans la pratique nature. Sans label officiel, sans définition, n’importe quel vigneron peut se dire nature, ce qui décrédibilise le mouvement.
 
Les choses ont évolué en 2020 avec la création d’un nouveau label « vin méthode nature » qui vient poser les bases. Avant cela, seules deux associations se démarquaient et essayaient tant bien que mal de légitimer la pratique (l’A.V.N., Association des Vins Naturels et les vins S.A.I.N.S., Sans Aucun Intrant Ni Sulfites). Un petit renfort n’était pas de trop.
 
Bon, ce n’est pas non plus la panacée et ce nouveau label ne va peut-être pas tout changer. Pour l’instant, peu de vignerons en font partie. Et c’est aussi parce que certains vignerons nature valorisent leur position anticonformiste, en dehors des normes établies. Nous verrons avec le temps si ce nouveau label change la donne dans l’acceptation des vins natures par les consommateurs.
 

Concrètement, un vin nature en 2020, c’est quoi ?

Avec le nouveau label, une définition du vin nature a été posée : 1er point : des raisins certifiés bio et vendangés à la main2ème point : Une vinification naturelle sans chimie ni intervention technologique majeure 3ème point : Pas de sulfites en règle générale ou des sulfites en faible quantité (moins de 30mg/L) mais indiqués sur l’étiquette dans ce cas.
 
La production de vin nature peut être considérée comme le courant le plus poussé de la viticulture durable. Le rôle du vigneron est d’accompagner la transformation du raisin en vin. Il ne va pas intervenir de façon brutale dans le processus de fabrication, que ce soit dans les vignes ou dans le chai, et va plus ou moins laisser la nature faire son œuvre. Pour autant, ça ne veut pas dire qu’il travaille moins que dans d’autres pratiques. Le vigneron travaille beaucoup par anticipation au quotidien, afin de mettre en place les conditions idéales pour extraire le meilleur de son terroir. En plus de cela, il se doit d'être méticuleux pour éviter les déviances et maladies du vin, et faire en sorte que toutes les étapes de fabrication se déroulent bien (ce qui, sans chimie, n’est pas tâche facile). Parmi les facteurs de succès : Hygiène irréprochable du chai, savoir-faire, connaissance du terroir, écoute, vigilance et réactivité... Ce n’est pas un petit challenge !

Les sulfites, la bête noire ?

Les sulfites font peur dans l’opinion publique car présents en quantité importante, ils peuvent être responsables de migraines, d’intolérances ou d’allergies. Mais le vin n’est pas le seul produit à contenir des sulfites. Certains ingrédients de notre alimentation comme les fruits secs par exemple en contiennent une dose bien plus importante. Pourtant, les sulfites sont souvent rattachés au monde du vin pour le consommateur et font aujourd’hui largement débat.
 
Et ça tombe mal, parce qu’un vin sans sulfite n’existe pas. Les sulfites sont produits naturellement dans la transformation du raisin en vin. Un vin contiendra donc toujours des sulfites en très faible quantité. C’est pour cette raison que l’on parle de vin sans sulfites ajoutés, ce qui est plus juste.
 

Ne pas confondre "vin nature" et "vin sans sulfites ajoutés"

Les vins sans sulfites ajoutés ne sont pas forcément des vins natures car d’autres intrants œnologiques peuvent avoir été utilisés. Un vigneron peut ne pas avoir ajouté de sulfites, mais avoir utilisé des procédés de transformation et des produits qui rendent le résultat loin d’être naturel.

Pourquoi utiliser des sulfites ?

Le souffre ou les sulfites (on parle des deux indifféremment) sont très utiles dans la production de vin. Ils ont un effet stabilisant, anti-oxydant et anti-bactérien. Pratique ! Ça permet d’éviter un bon nombre de défauts et de stabiliser le vin. Dans la pratique traditionnelle, du souffre peut être ajouté à presque toutes les phases de la fabrication du vin pour éviter certaines déviances. La plupart de ces déviances surgissent quand il y a un problème d’hygiène dans le chai ou quand le raisin récolté n’est pas sain. Pour se passer du souffre ou limiter son utilisation, une hygiène drastique au chai et l’obtention de raisins sains sont donc deux facteurs clés. Tout cela passe par une maitrise du processus de fabrication. Encore une fois, pas si facile de faire du vin nature de qualité !
 
L’idée du vin nature est de se passer des pesticides, de produits chimiques (qui impactent les sols en même temps que leurs écosystèmes), et de tous les intrants œnologiques en règle générale pour obtenir un pur fruit de la nature. Mais l’utilisation de souffre est quand même autorisée en faible quantité du moment que cet ajout est mentionné sur la bouteille. Eh oui, la transparence avant tout ! 
Pourquoi certains se méfient des vins natures ? La conservation des vins natures est souvent mise en cause. En effet, un vin nature évolue plus rapidement car il n’est pas stabilisé par des ajouts chimiques. Le même vin, goûté au début de sa commercialisation puis quelques mois plus tard pourra sembler différent. C'est aussi pour ça que l'on parle de vin vivant. Et en même temps, c’est ce qui rend les vins natures si intéressants. Mais le fait de ne pas être protégé par des ajouts chimiques est aussi ce qui rend le vin nature plus fragile. Quelques changements de températures un peu trop violents et le vin peut ne plus être bon. Les vins natures ont besoin de plus de soin.
 
Ils ont la réputation d’être originaux, de sortir des sentiers battus et des goûts traditionnels. Certains vignerons utilisent cette perception pour vendre des vins avec des défauts. Certains consommateurs sont même des adeptes de ces imperfections. Ils recherchent des vins très troubles ou avec une odeur persistante de ferme qui rappellerait le caractère naturel et vrai… Des caractéristiques qui sont cataloguées comme des défauts en règle générale mais qui ont trouvé un public. Pourquoi pas ? Il en faut pour tous les goûts.

Comment repérer un vin nature ?

Vous pouvez identifier les vins natures grâce au logo « vin méthode nature », écrit en toutes lettres et situé au dos des bouteilles. Malheureusement, la naissance de ce label datant seulement de quelques mois, il n’est pas assez répandu pour que ses effets soient déjà visibles. Il y a peu de chances que vous tombiez sur cette mention pour le moment. En parallèle de ce label, des syndicats et associations ont été créés depuis plusieurs années pour rassembler les vignerons nature et légitimer le mouvement. Vous pouvez repérer la mention S.A.I.N.S. (Sans Aucun Intrant Ni Sulfite) ou encore AVN (Association des Vins Naturels) sur les étiquettes de bouteille.
En règle générale, la proportion de vignerons natures inscrits dans des associations ou avec un label est moindre. Donc difficile de les repérer avec ça.
 
Le point positif est que le vin nature est un petit monde et les vignerons qui travaillent bien se démarquent assez rapidement. Il faut mettre un pied dedans, écouter les références dans le domaine. C’est la meilleure façon de découvrir ce qui se fait de mieux en vin nature. Un caviste spécialisé, un vigneron respecté, un connaisseur sur le sujet… Soyez à l’écoute et laissez-vous porter.  
Le bon vin nature existe !
 
Comme partout il y a du bon et du mauvais ! En se fiant aux mentions citées ci-dessus et en se rapprochant de vignerons expérimentés, vous découvrirez des vins natures exceptionnels. Des vins respectueux de l’environnement et de la biodiversité qui vous réserveront de belles surprises !
 
Si vous êtes décidé·e à franchir le pas, vous pouvez gagner du temps en passant par Les vins JUD ! Une super sélection vous attend ;)